Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Mariage’ Category

Problème de dot

Dans un article précédent consacré aux annonces matrimoniales “A la recherche du bon parti”, j’avais évoqué le problème rencontré par de nombreuses familles de la mariée concernant la dot. En effet traditionnellement une dot est exigée par la famille du marié, celle ci voyant dans la dot la compensation financière du manque à gagner, le fils étant obligé d’allouer une partie de ses revenus à sa nouvelle famille, diminuant ainsi le montant qu’il versait auparavant à ses parents.

Le montant de la dot, quelque soit les revenus de la famille de la mariée est toujours très important, et représente un lourd sacrifice. Ce qui explique en partie pourquoi les familles préfèrent avoir un fils plutôt qu’une fille.

En principe la coutume de la dot, théoriquement interdite par la loi, est surtout pratiquée par les familles de confession hindouiste, mais les autres confessions pratiquement également cette coutume, mais beaucoup plus discrètement.

Il arrive également que bien que la famille de la mariée est versée une dot, le marié et ses parents réclament de nouveaux versements, et cela peut être dramatique, on ne compte plus le nombre de jeunes filles mariées qui sont harcelées, maltraitées parce que ses parents ne peuvent satisfaire le “racket” auquel ils sont soumis, trop souvent cela ce termine par la mort de l’épouse à la suite d’un “accident domestique” ou par un “suicide”.

Un article paru dans “The Times of India” du 30 Avril expose ce qui vient d’être développé ci-dessus, mais avec une conclusion qui sort de l’ordinaire.

L’histoire commence de façon très simple dans le village de Badarpur, Etat de l’Haryana, à environ 60 kilomètres au sud de New-Delhi, deux familles de confession musulmane c’étaient mises d’accord pour que leurs enfants se marient. Le fiancé, Ezaz Khan, originaire  du village de Akera, Etat du Maharashtra , (1600 kilomètres SE de New-Delhi) est étudiant à la Jamia Millia Islamia (1) de New-Delhi. La fiancé, fille de Illiyas, propriétaire terrien.

Le Samedi 25 Mai la cérémonie du mariage (nikaah) à lieu au village de Badarpur, en grandes pompes, puis vint le temps pour le nouveau marié d’emmener sa belle chez lui (bidaai) et de partir avec la voiture qui constituait la dot, une Maruti Alto.maruti-suzuki-alto-2005

Mais au moment où Illiyas remettait les clés de la voiture à Ezzaz Khan celui-ci refusa de les prendre, en disant qu’il n’était pas satisfait par la Maruti Alto (2) et qu’il voulait maintenant un Mahindra Scorpio (3) et 12 000 € en cash.

La dot venait donc instantanément s’être multipliée par 9. La valeur de la Maruti, environ 3800 €, valeur de la Mahindra Scorpio environ 12 750 € plus les 23 000 € en cash, total 35 750 €.

La réaction de la famille de la mariée, ne fut pas celle qu’attendait le nouvel époux, il fut “passé à tabac” ainsi que son père, ils furent séquestrés ainsi que 25 de leurs invités, de plus le père et le fils eurent le crane rasés.

Tard dans la nuit un Panchayat (équivalent d’un maire) fut appelé et ses décisions furent rapides et sans appels :

  • Primo : il prononçât le divorce des nouveaux mariés
  • Deuxio : il exigea que le père et le fils remboursent les frais  occasionnés par le mariage aux parents de la nouvelle divorcée soit la somme de 12 000 €.

Le père et le fils durent s’exécuter pour êtres libres.

Durant tout ce temps la Police se tint à distance respectueuse de l’affaire, et laissa le Panchayat libre de ses décisions, jugeant qu’il était le mieux placé pour les prendre.

Illiyas bien que contrarié par les évènements déclara qu’après tout il était content que sa fille ne soit pas parti dans une famille aussi cupide “j’étais d’accord pour ce mariage seulement pour le fait que le fiancé étudiait dans une université prestigieuse, mais je préfère qu’elle épouse un illettré qui ne soit pas aussi cupide”

Un peu compte de fée, mais enfin une histoire de dot qui se termine très différemment.

(1) pour en savoir plus sur la Jamia Millia Islamia de New-Delhi :

www.jmi.nic.in

(2) Caractéristiques succinctes de la Maruti Alto

  • Moteur essence de 3 cylindres- cylindrée 800 cm3.
  • Puissance : 47 ch.

(3) Caractéristiques succinctes de la Mahindra Scorpio

  • Moteur Diesel de 4 cylindres – cylindrée 2 600 cm3.
  • Puissance : 120 ch.

Publicités

Read Full Post »

En 1979 lors de ma première visite en Inde j’avais été surpris par le supplément des annonces matrimoniales de l’édition dominicale du “The Times of India”, pas moins de six pages autant que je me souvienne. Trente ans après la même édition dominicale est toujours avec le même supplément d’ annonces matrimoniales, comprenant six à huit pages, ce qui représente environ 1000 à 1200 annonces.

Le mariage ou l’alliance de deux personnes, dans toute société est un acte très important, puisque c’est par ce moyen que la perpétuation s’effectue. En Inde le mariage occupe une position centrale dans la structure de la société, car le mariage est avant tout l’alliance de deux familles, et laisse peu de place aux inclinations individuelles. Une précision, en principe l’âge légal du mariage est 18 ans pour les filles, 21 ans pour les garçons. En dehors des grandes villes cette obligation est très mal respectée notamment pour les filles.

Ce sont les familles, pas seulement le père et la mère mais aussi les oncles, les tantes, les cousins qui délibèrent sur le choix du futur ou de la future, les intéressé(e)s ayant peu droit à la parole, ce qui expliquent pourquoi beaucoup d’annonces mettent en avant la position familiale des parents du prétendant ou de la prétendante.

Annonce 7 traduction 7

Dans le Nord de l’Inde, c’est à dire dans la zone où les langues parlées sont d’origine Indo Aryenne, les mariages s’établissent hors de la famille, les consanguinités étant soigneusement évitées.

Dans le Sud de l’Inde, la zone où les langues parlées sont d’origine dravidienne, au contraire la recherche de l’élu(e) sera faite au sein de la famille élargie, par exemple un oncle épousera sa nièce, un cousin sa cousine.

Mais que ce soit au Nord ou au Sud, la quête du bon parti est primordialement faite au sein de la caste à laquelle appartient la famille. L’annonce ci-dessus est sans ambigüité, la jeune fille recherchée doit appartenir à la caste des Marwari.

D’ailleurs la présentation des annonces répond a cet impératif puisque elles se répartissent d’abord entre hommes et femmes, ensuite les catégories sont multiples, castes, religions, groupe ethnique, profession, veuves, etc….….enfin sur l’édition papier il y a le choix entre 143 catégories, et sur l’édition électronique (internet) uniquement pour les castes 3743 options sont possibles.

Categories

L’annonce typique est comme celle qui suit,

Annonce 1 Traduction annonce 1

Si l’ensemble de l’annonce est compréhensible, il subsiste un mot et un acronyme qui sont typiquement indien.

Lacks tout d’abord signifie 100 000 (ici roupies), en effet en Inde l’écriture des grands chiffres est particulière, dans le cas présent la somme s’écrit ainsi :

24 00 000 roupies (soit environ 35 200 euros).

BHP est l’acronyme pour Biodata – Horoscope – Photo.

Biodata c’est la biographie de la personne avec ses gouts, ses projets enfin tout ce qui pourrait la faire connaitre un peu mieux.

Horoscope, un des éléments très importants car l’astrologue de chaque famille va vérifier la compatibilité des deux personnes. Le diagramme astral en astrologie védique est très différent du modèle utilisé par les astrologues de l’occident. Ci-dessous à gauche un diagramme védique, à droite un diagramme occidental.

morning-rashi theme_astral__carte_du_ciel

Dans l’astrologie védique il existe un aspect particulier dans un horoscope, qui a une très grande importance et celui ou celle qui en est affecté est alors appellé(e) Manglik, cet aspect est particulièrement redouté car les mangliks sont supposés voir leur partenaire décéder un an après le mariage. Toutefois si deux mangliks s’épousent l’effet néfaste est annulé, l’annonce ci dessous en est l’illustration.

Annonce manglik manglik Traduction manglik manglik

De ce qui précède on pourrait conclure que le cadre sociétal du mariage est particulièrement rigide, ce qui est vrai pour certaines castes particulièrement les brahmins, néanmoins certaines familles sont moins arc-boutées sur le principe des castes et le mentionne dans l’annonce, comme celle qui suit.Annonce 4Traduction annonce 4

Un autre point très important est celui de la dot (dowry), jamais mentionnée par ce que allant de soi, en fait interdit par la loi. En effet la dot est vue par la majorité des familles comme une compensation pour la perte de revenu venant du fils, celui ci étant obligé de consacrer un certain montant de ses revenus à sa propre famille. Il n’en pas toujours été ainsi, jusqu’au début du 20ème siècle, la dot en fait restait la propriété de la mariée, essentiellement bijoux, bracelets, pièces d’or ou d’argent, dot qui lui préservait une certaine indépendance. A l’heure actuelle la dot est un drame pour des milliers de famille qui se voit soumises à un rackett, et lorsque la famille de l’épouse devient incapable de payer c’est souvent la mort programmée de la jeune fille,  aspergée de kérosène ou d’essence, une alumette, la conclusion sera un “accident domestique”.

Pourtant certains n’hésite pas à mentionner qu’ils ne veulent pas de dot, comme l’annonce ci-après.

Annonce 3 Traduction annonce 3

Dans l’annonce ci-dessus, en plus de la mention “No Dowry” (pas de dot), il est indiqué parmi les critères auxquels la jeune fille doit répondre “convent educated”, c’est à dire élevée et instruite dans une école privée chrétienne, beaucoup y voit un gage de savoir vivre et de retenue. Mais ce ne sont pas seulement les hommes qui font intervenir ce critère, mais également les familles des jeunes filles, comme l’annonce suivante.

Annonce 5Traduction annonce 5

Les exigences vis-à-vis des jeunes filles sont parfois surprenantes, enfin pour des occidentaux, comme celle de s’engager à ne pas solliciter un emploi, comme en témoigne l’annonce suivante,

Annonce 8 Traduction annonce 8

Précision, l’annonce commence par l’énumération de la lignée de la famille, les Sisodia sont un clan princier rajput du Rajasthan, Urmas et Gotra pour préciser que la transmission du titre c’est fait uniquement par les hommes.

Prince Sisodia

Enfin lorsque les deux familles ont constaté que leurs enfants respectifs pouvaient se marier, les négociations commencent sur le montant de la dot, les frais du mariage, qui sont généralement supportés par la famille de la jeune fille, les cadeaux que cette même famille doit apporter, la date du mariage, et lorsque l’accord final est enfin trouvé les familles échangent des confiseries cela s’appellent “eating of the sugar” (manger du sucre).

Fin de l’arrangement d’un mariage arrangé.

Et quand les partenaires se choisissent librement, sans famille, sans horoscopes, sans dot, sans caste, sans religion on appelle cela en Inde une « histoire d’amour » (Love story).

Si vous vous voulez en savoir plus sur le mariage en Inde, je vous conseille les livres suivants :

La dot en Inde

“La dot en Inde, un fléau social ?” de Véronique Bénéï

image

“Enjeux contemporains du féminisme indien” Par Danielle Haase-Dubosc, Oristelle Bonis, Mary E. John, Anne Deren, Marcelle Marini, Rama Melkote, Susie Tharu

image

“Mariage arrangé”

Chitra-Banerjee Divakaruni

Read Full Post »